Manuel-Valls-Charlie-Hebdo

Mr VALLS,

Après le président Hollande qui sort de l'Elysée accompagné par son directeur de communication vous voilà sorti de l'Elysée arborant fièrement l'hebdomadaire.

Mr VALLS, en tant que premier ministre, cette photo est, pour moi, la plus grosse erreur que vous puissiez faire.

En vous affichant ainsi, vous ramenez le débat à son niveau le plus absurde. Nous ne devons pas soutenir un journal, ni CE journal, c'est le symbole que nous défendons. Nous devons nous battre pour la liberté, pour la laïcité, pour la république !

 

 

Le fait de présenter cela comme un trophée, c'est s'occuper de la forme et non du fond, c'est faire valoir que CE journal est la priorité alors qu'il n'est que symbole. En sus, vous faites un pied de nez aux fanatiques 1er degré qui y voient, et les mouvements dans les pays musulmans le prouvent, une attaque directe à leurs idées.

Vous représentez la France, cette photo indique que la France affiche Mahomet. NON monsieur, la France accepte qu'un journal le fasse, c'est complètement différrent, et tellement dangereux...

Cette photo veut dire en substance que vous cautionnez le journal, quelque part on s'en moque profondément. On cautionne ou pas, tel n'est pas l'enjeu, ce qu'on cautionne, et la raison de notre colère, est que Charlie Hebdo a le droit d'être libre, pas que vous apportiez un avis sur la forme d'expression qu'il a choisi.

Je n'ai acheté que 2 charlie Hebdo dans ma vie, l'un car la première page m'amusait, le second, historique, semaine dernière comme une sorte d'acte civique. Ca s'arrête là. Profondément meurtri par tout ce qui se passe, je tente de prendre du recul. Je ne polémique pas sur telle ou telle caricature, sur tel ou tel blasphème reconnu par une religion, je me bats pour défendre le droit qu'on mes compatriotes à parler, dessiner et écrire librement.

De droite et de gauche, du centre et des extrêmes, quel calvaire de vous voir tous ainsi réfléchir à l'image et à ce que vous pourriez tirer comme profit, sur la tombe de nos Cabus and Co, 

Restons llbre, et soyons attentifs...