La stature, le charisme et le respect que pouvait inspirer nos hommes politiques d'antan, de droite ou de gauche, disparait peu à peu.... Sarkozy était l'un des derniers héritiers de cette classe si décriée aujourd'hui car mélée à des affaires d'état... mais à l'époque le secret d'état avait un sens. A gauche nous avons Fabius, peut être Aubry, à droite restent des "vieux de la vieille" mais ils sont peu... peu à avoir la stature d'hommes ou de femmes d'état.

En ce temps là, les secrets étaient gardés, protégés et loin de nos jugements, finalement, le pays ne tournait pas si mal.

Sous couvert de transparance absolue, nous avons élu (pas moi...) finalement des fonctionnaires de haut niveau, mais des baroudeurs de la vie, nous n'avons plus, et c'est bien triste car pour affronter une crise comme celle que nous vivons, il ne faut pas des techniciens qui analysent ce qui s'est passé, mais des loups qui imaginent ce qui va se passer et qui placent l'amour de leur pays avant l'amour d'une réelection hypothétique.

Le gouvernement actuel n'a pas de "couilles" comme on dit vulgairement. Mis à part lancer des mesurettes idéologiques à des fins clientèlistes, rien ne nous prouve qu'un jour, enfin, le point sera tapé sur la table pour enfin prendre les décisions radicales qui s'imposent. Pour ça, il ne faut pas être un fonctionnaire respectable, non, il faut avoir louvoyé et s'être toujours battu et affronter la tempête en y prenant du plaisir, sans avoir peur.

La politique n'est pas une science qui s'apprend dans les écoles, c'est une science de la rue où l'expérience prime sur le reste. C'est comme apprendre à boxer dans un livre... Nous avions Sarkozy et ses amis, on peut critiquer, on peut juger, on peut refuser, mais cet homme là avait l'expérience du terrain et l'amour de son pays, et cela manque aujourd'hui. Je constate amérement, et cela me trouble, que sur la scène politique actuelle, seule MLP possède encore cette fibre là. Fille de papa père, monstre politique, elle a cette argne et ce petit plus qui lui donne un avantage considérable sur le reste du plateau, et je redis que je ne soutien en rien ses idées là... mais je constate.

J'espère, je souhaite que les Français comprendront que pour sauver notre pays, il ne faut pas faire semblant, il faut rentrer dedans. Notre Président se ridiculise tous les jours avec ses blagues déplacées, encore hier à Lourdes, et c'est cet homme là qui veut sauver notre pays ?

Un peu de grandeur, un peu de couilles un peu de charisme, est ce possible ? Lui ne restera pas dans les livres d'histoire, ou comme le roi fénaiant élu sur un malentendu, par défaut, sans grandeur et sans la passion que suscitait des de Gaulle, Giscard, Mitterand, Chirac ou Sarkozy. Comment imaginer un seul instant une comparaison ? comment ?