chut

Innondé de scoops, innondés d'informations, innondé de petites histoires sans lendemain, on nous abreuve d'infos avant même que nous allions les chercher.

C'est l'époque qui veut ça, mais est il bon de tout dire ?

Oui, il est bon de tout dire, mais pas à tout le monde et nous mourrons de tout savoir. 

L'affaire DSK est un bon exemple.

Nous avons au départ un homme accusé de viol. La procédure Américaine diffère tellement des notres que peu de gens comprennent le rôle des juges, des avocats, et le rôle de l'argent. Quand on lit rapidement, on dit que tout est pourri alors que tout s'est passé selon les lois Américaines. Au final, peut être.. l'histoire d'une femme véxée de ne pas avoir eu quelques sous après son don de soi d'un monsieur du beau monde si hautain que l'idée ne lui en est même pas venue.

De retour en France, DSK sombre dans un autre dossier. on lui reproche d'être une sorte de proxénète ou d'organiser contre rémunération des parties de jambes en l'air. Là aussi, le public s'émeut, on lit les textos, on découvre un style de vie Oh mon Dieu si malsain. De l'économiste de haut rang que le monde nous envie, on retiend un pervers...

Le fait de TOUT dire, de TOUT savoir fausse le débat, car le procés devient à charge et peu prennent le recul nécessaire à la compréhension. Après tout, pour le moment, DSK n'est pas en prison, il a les moeurs qu'il veut et la seule chose dont nous devions nous préocuper un temps était de savoir si cet homme là avait les capacités à gérer le pays. Le fait qu'il couche avec tout le monde.... on s'en moque un peu. C'est excessif comme exemple je l'avoue car la dimension de représentatibilité du Pays était aussi une donnée essentielle... je passe...

On dit tout, on filme tout, on montre tout, sans filtre. Du coup on sait dans les minutes qui suivent le fameux "casse toi pauv con" de Sarko, on sait dans la minute qui suit le "tu ne le reverras plus " de Hollande.

Je ne connais personne, mais alors personne qui n'a jamais fait d'écart. Imaginons nous tous, sans cesse filmés et revoyons nos journées. Pas sur que l'on s'apprécie soit même... Pire, que penserions nous de de Gaulle ou plus récemment Mitterand si nous avions eu accès à tout comme aujourd'hui. Leurs maitresses, leurs doutes, leurs petits mots, bonjour les mythes...Et Alexandre, Louis XIV et les empereurs Romains, des malades ?

Cette façon de tout montrer, de la brutalité de la guerre aux mots déplacés de nos gouvernants ou l'étalage de leurs moeurs éloigne les citoyens de l'essentiel. On perçoit le monde et ses dirigeants à travers le prisme des annedoctes. On retiend une montre en or blanc et l'on oublie le reste.

Loin d'interdire la diffusion de l'information qui serait contraire à toutes mes valeurs, force est de constater qu'à tout dire et à tout montrer on en perd l'essentiel, et dans tous les domaines. Laure Manaudou devient une fille perturbée et perdue, alors qu'elle va sans doute bien mieux que nous, Ibrahimovic un enfant gaté alors qu'il fait réver à chaque match, Sarkozy un surexcité inculte alors qu'il a une culture phénoménale et Hollande un benêt tout mou alors que son parcours démontre qu'il sait naviguer dans ce monde politique si violent.

Nous même adorons nous mettre en scène et révons d'être des gens importants via des réseaux comme Facebook où le nombre "d'amis" vous place sur l'échelle sociale. Jusqu'au jour où... vous serez montré en caleçon sortant des toilettes, et là, le retour de bâton. On oublie qui vous êtes, vous devenez d'un coup d'un seul l'homme qui sort des chiotes. Fallait il montrer ça à tout le monde ? surement pas.

Donc dans ce monde où tout est dit, plus on est libre, et moins on l'est. Plus on est visible et moins on est vu pour ce qu'on est vraiment. Orwell avait prévu une société sous contrôle, il n'avait pas imagnié que nous nous metrions nous mêmes ces contrôles sur la tête, pire, que nous en abuserions par excès d'égo. Et comme nous sommes naturellement voyeurs et un peu envieux, on alimente ce système naturellement et demandons chaque jour un peu plus, mais sur la forme messieurs, uniquement sur la forme, le fond, ça fait longtemps qu'on y croit plus...

Je ne pense pas avoir le niveau requis pour tout entendre et tout comprendre. Il me manque, sur beaucoup de domaines, la culture et l'expérience me permettant de prendre le recul nécessaire à la compréhension globale. Et pourtant, on me dit tout.